Performance Solo théâtre danse. Merci à mon ami danseur américain, Peter Morin (Cie Carolyn Carlson), qui a bien voulu m’accorder son regard extérieur.

” Dans son pressing il en voyait passer du monde. Seul, nostalgique, un soir de Noël , il fut happé par le tambour de la machine et tout d’un coup les vêtements se mirent à lui parler à se raconter leurs vies….”

Le mélange des genres était déjà inscrit dans ce travail. J’ai joué avec les effets spéciaux mécaniques, Méliès , Keaton m’inspirait beaucoup. Le dosage entre humour et émotion aurait pu être beaucoup plus lié. J’apprenais la difficulté d’interpréter un solo, de ne plus pourvoir être le regard extérieur comme on dit. Un péché de jeunesse surement mais oh combien instructif.

Puis Il faut présenté en Haute-Loire à la maison pour tous de Brives-Charensac. Avec pour public principalement ma famille, nombreuse, venue en masse et dont beaucoup me considérèrent ensuite comme complètement fou. C’est vrai, je tendais la perche pour me faire battre, car j’initiais parfois du langage théâtral sans jamais aller au bout, car je n’aime pas le stéréotype et le totalitarisme dont des soit-disants amateurs se font une fierté de le présenter tel quel à tort, alors que le théâtre est bien plus immense que ce qu’ils croient, et parfois un peu de danse, mais pas assez pour ceux qui aiment ça et trop pour ceux que ça ennuient. Il y a un sujet qui est bien là, et qui s’affinera dans tous mes futurs projets de création. La peur de la solitude.