Une performance de Marc joseph Sigaud au festival Infraction de Sète en 2009.

Que de naïveté à se sentir si bien, sa canne à pèche en main et attendre que l’hameçon frétille… le tout est de passer un bon moment, on est pas là pour le poisson !

Quel écart entre ce simple geste d’un simple petit pécheur et celui des gros chalutiers. Quel différence y a t-il entre taquiner la sardine et racler les fonds de la mer pour ramener dans ses filets des tonnes de thon…

Les ressources en pêche de la planète s’amenuisent comme jamais au nom de la consommation, du gaspillage, du profit… l’État de pollution des océans et mers est arrivé à un stade critique catastrophique !

Est ce que quand je plonge mon hameçon dans la rivière je pense à ces cauchemars en bande organisée …